Le Permis: solutions et coûts maîtrisés

Menu
Close

La préparation à l’examen :

Enfin, le bout du tunnel ! Ici vous mesurer votre performance de conduite réelle avec les exigences de l’examen. Aussi bien dans la forme que dans le fond.

Les enjeux d’une formation sérieuse

Vous avez réussi la partie théorique (le code) et vous avez fait votre apprentissage pratique. Maintenant, il faut préparer l’examen pratique du permis de conduire. Mais comment savoir si c’est bien le moment ? Il faut remarquer que le nombre de kilomètre et la variété des situations de conduite vont permettre de vous forger  comme bon conducteur. Vous devez être capable de :

Prendre une information rapidement autour du véhicule ;

Analyser les situations de conduite avec justesse, comprendre le danger pour y faire face et appliquer le code de la route ;

Prendre une décision sans erreur ;

Gérer les actions sur les commandes du véhicule et le connaître ainsi que  savoir le stationner ;

Diriger de façon autonome en faisant preuve de courtoisie et d’éco- conduire ;

-Avoir des notions de premiers secours.

Faire le point grâce à l’examen blanc

Nous organisons un examen blanc pour permettre d’évaluer votre niveau et aussi pour cibler les lacunes. On pourra alors définir le meilleur moment pour vous accompagner à l’examen. L’enjeu avoué est de tirer le meilleur résultat dès la première présentation à l’examen. L’examen blanc est réalisé dans des conditions similaires à l’examen final. L’élève est confronté à la situation de stress et apprend ainsi à le dominer.

L’organisation de la séance

L’examen blanc est bien distinct d’une leçon d’apprentissage à la conduite. Ici on n’apprend pas les techniques de conduite mais on teste l’élève en pratique. L’évaluateur reprend les critères du CEPC. Le parcours est varié, en ville et sur le réseau rapide ainsi qu’une manœuvre et trois questions. Quand l’épreuve est terminée l’évaluateur propose une analyse de l’épreuve en s’aidant de vidéos ou d’explications pertinentes pour comprendre le résultat. Dans le cas d’une réussite sans erreur éliminatoire et avec  une note supérieur ou égale à 20, nous déterminons la date d’accompagnement à l’examen. Dans le cas d’un échec, nous donnons les axes de travail pour permettre à l’élève de continuer à progresser. Celui-ci peut parfaire sa technique avec les enseignants ou avec l’accompagnateur (dans le cas de la conduite supervisée ou accompagnée).

tarifs

L’examen blanc

Séance de 2h (bva ou bvm) à 103 EUROS

Tarifs jusqu’au 4/1/2020.

TARIFS TTC; TVA 20,0 % SUR TOUTES LES PRESTATIONS

Voici quelques conseils pour rendre l’examen blanc efficace :

-venir en forme;

-ne pas programmer deux examens blancs à la suite, sans travail intermédiaire, car le résultat sera identique ;

-ne pas laisser l’émotion prendre le dessus. il ne faut pas se retrouver en situation d’échecs répétés car la motivation baisse dans le même temps ;

-faire le point sur l’expérience de conduite car cela permet de comprendre une situation de blocage (par exemple : l’élève fait toujours les mêmes trajets en conduite supervisée ou accompagnée).

-ne pas laisser une tierce personne sur-interpréter votre niveau de conduite. Souvent l’accompagnateur évalue l’élève sans s’appuyer sur la réalité de l’examen ;

-ne pas passer l’examen sans réussir un examen blanc ;

-éviter le bachotage.

Certaines situations vont mener à un blocage. L’élève ne progresse plus, où il veut passer l’examen sans réussir un examen blanc.

Nous pouvons donner les pistes de travail pour faire progresser l’ élève, par exemple :

-faire de la conduite supervisée si ce n’est pas le cas ;

-changer d’accompagnateur si ce dernier n’est plus apte à le faire progresser ;

-envisager une formation sur boîte automatique pour décharger un peu la tâche de conduite

-changer d’établissement si l’examen blanc n’est pas validé et qu’un déménagement se prépare. Tout apprentissage n’est pas perdu;

-l’élève veut parfois passer l’examen pour « en finir » tel sont les termes employés. Sauf que finir n’est possible que si l’expert du permis de conduire teste un candidat « capable ». Il n’y a pas de situation annexe.

cepc vierge